À la rencontre de Guylain Blackburn, Head of Sales à EO Solutions.

Arrivé chez Harel Mallac en 2003 en tant que Workshop Supervisor pour le Office Equipment business unit, Guylain Blackburn a fait un beau parcours chez nous jusqu’à atteindre son poste actuel comme Head of Sales de EO Solutions. Ce personnage espiègle, connu de ses collègues comme boute-en-train, raconte sa vie chez Harel Mallac, dévoile sa personnalité et nous parle de sa vie d’artiste.

Guylain, tu es Head of Sales à EO Solutions. Quel est ton ressenti du métier que tu fais ?

« La vente est un domaine dynamique qui bouge sans cesse. Il faut donc savoir se réinventer au fur et à mesure. Mes responsabilités exigent pas mal de réflexion, de stratégie et d’être toujours motivé. Je me plais beaucoup dans ce que je fais, car j’ai toujours aimé les défis. Bien sûr, il faut savoir accepter les défaites, mais, ultimement, ce que je préfère dans mon métier c’est gagner. » 

Qu’est-ce qui te fait vibrer tous les jours au bureau ?

«  Chacun à son style. Pour moi, c’est l’environnement de travail de la vente, qui est en perpétuel mouvement. J’aime être dans l’action, avoir des idées, trouver des solutions et surtout m’amuser. Sinon, ça ne m’intéresse pas. »

Une journée type de Guylain à Harel Mallac, c’est… ?

« Démarrage en douceur avec un thé ou un café suivi d’un tour de table général auprès des collègues. Ensuite, je réponds aux e-mails prioritaires et j’organise les tâches de la journée. J’essaie de déjeuner à midi PILE ! Et puis c’est… boulot, boulot, boulot, boulot ! »

Qu’est-ce qui te rend fière de faire partie d’Harel Mallac et quelle est ta vision professionnelle pour le futur ?

« Le fait qu’Harel Mallac soit un acteur principal de l’économie mauricienne et un groupe avec beaucoup de valeurs. En interne, tout est mis en œuvre pour être et se sentir comme dans une grande famille. Ça fait 17 ans que suis là et heureux de l’être. Pour ce qui en est du futur, je souhaite donc continuer à évoluer et grandir au sein du groupe etêtre le plus épanoui possible ! »

Tu es le batteur de Crossbreed Supersoul, et le groupe est “quite famous” à Maurice et à la Réunion. Ça fait quoi d’être le batteur d’un groupe super connu, et quel effet cela a-t-il sur tes collègues et clients ?

« Ça me donne une certaine confiance en moi. Le fait d’être membre d’un groupe reconnu et aimé par le public est très valorisant. J’en suis très fier ! C’est vrai que quand il s’agit de mes clients, cela joue souvent à mon avantage. Souvent, mes clients me reconnaissent et cela me facilite beaucoup la tâche lors d’une conversation ou une négociation ! » 

Le portrait chinois de Guylain

Si j’étais :

Un personnage célèbre, je serais… Mozart, pour son incroyable capacité à créer.

Un pays : Mon île, l’île Maurice, pour sa beauté, sa multiculture, ses plages et son sens unique de l’hospitalité !

Un produit : Je serais un avion, pour faire le tour du monde.

Un sujet d’actualité : Le coronavirus ! J’ai peur !! Je me suis souvent dit que l’extinction de l’humanité pourrait être due à une pandémie !

Une cause : Le réchauffement climatique. Parce que — qu’on le veuille ou pas, et dans un délai très court — ce sera LA priorité UNIQUE des hommes !

Un mot ou une expression créole : “Mari” ! Ce mot fait part de pratiquement toutes les phrases des Mauriciens.

Une chanson : “Everybody Wants” du groupe Half Moon Run qui est un groupe très terre-à-terre que je conseille vivement !